Les 10 clés de motivation des millenials

Séduire le millennial hyper-connecté – qu’il soit client ou employé – est devenu un enjeu croissant pour toutes les entreprises. C’est une simple histoire de chiffres ! Nés entre 1980 et 2000, les millennials constituent déjà 50% de la population mondiale, et représenteront 1 salariés sur 2 dès 2020.

Générations Y et Z nourrissent nombre de fantasmes et d’idées reçues : génération paresseuse, qui ne respecte rien et encore moins l’autorité, et croit tout savoir. Prenant le contre-pied de ces a priori peu flatteurs, Emmanuelle Duez, fondatrice de The Boson Project, la qualifie de “Première génération numérique, première génération omnisciente, une génération massive et globalisée qui arrive dans un monde à réinventer.”

Quelle que soit votre opinion, une chose est sûre : les méthodes de management éprouvées vont devoir évoluer pour réussir à attirer, inspirer et retenir cette nouvelle génération. Voici 10 clés de motivation des millenials :

 

1. Un équilibre entre vie privée et vie professionnelle

La génération Y a vu ses parents s’épuiser à la tâche et refuse de reproduire le même schéma. Si la carrière professionnelle reste importante, elle n’est plus une priorité comme pour les baby-boomers (nés entre 1945 et 1965). Pour les millenials, le travail est source d’épanouissement personnel, au même titre que les loisirs et la famille – et  à ce titre, il ne peut prendre le pas sur les autres. Finis les nocturnes, les appels ou emails le soir ou le week-end. La génération Y pourtant hyper connectée tient à son droit à la déconnexion en dehors des horaires de travail.

 

2. La flexibilité dans le travail

Horaires adaptables, télé ou flexi-travail, temps partiels, … Un millenial sur 4 souhaite que son entreprise lui propose des horaires de travail plus flexibles afin de s’adapter à ses contraintes et son rythme de vie. Que ce soit pour respecter leurs horaires de sommeil, leur permettre de s’occuper des enfants ou leur laisser du temps pour des loisirs en dehors du travail, les millenials attendent de leur entreprise qu’elle leur laisse la liberté de choisir les horaires qui les arrangent.

 

3. Un environnement de travail agréable

Que cela soit pour quelques heures ou tous les jours de la semaine, le millenial veut se sentir bien dans son espace de travail. Pour attirer les millenials, les open spaces impersonnels et hyper optimisés doivent faire place aux salles de détente ou de sieste, cuisine, terrasse, et autres espaces communs – le tout designé à la Google ou Facebook.

La génération Y a un fort niveau d’exigence sur la convivialité, la lumière, et le confort sonore. L’entreprise n’est plus seulement un lieu de travail où l’employé passe ses journées derrière un ordinateur. Elle est lieu de sociabilisation entre collègues, de travail en mode projet, d’innovation, de créativité – et elle doit s’organiser en fonction.

 

4. L’épanouissement plus que la réussite

Plus que leurs aînés, les jeunes de la génération Y cherchent un métier qui les anime. Si le métier est passionnant, ceux auront d’autant plus envie de s’investir et produiront un travail de qualité. Car c’est bien connu, le plaisir est un moteur essentiel de motivation. Pour enthousiasmer les millenials, le travail doit offrir des possibilités d’évolutions professionnelles et personnelles, permettre le développement de connaissances et de compétences, et globalement leur prodiguer un sentiment d’épanouissement.

 

5. Une mission, un sens, des valeurs…

Si la recherche de sens dans le travail n’est pas l’apanage de la génération Y, elle est la génération qui y accorde le plus d’importance. Trouver un sens à son métier, ses actions, son entreprise, est un des critères principaux des millenials pour accepter un poste et y rester. Et pouvoir répondre aux questions “Pourquoi je me lève?” ou “A quoi ça sert ce que je fais?” les taraude. Ces questions sont déterminantes dans le choix de leur employeur et les missions dans lesquelles ils s’investissent.

Les millenials veulent se sentir engagés et en adéquation avec les valeurs de leur entreprise. Selon une enquête réalisée par Deloitte, plus un millenial sur deux n’envisage “aucune collaboration avec certains employeurs en raison des valeurs ou de la conduite de ces entreprises”.


 

 

6. … sans oublier le salaire

D’après une étude réalisée par l’entreprise Cegos en 2017 sur les Millennials et le travail, la rémunération reste la raison première et incontournable du travail pour 64% des jeunes. En effet, le millenial a besoin de ressources pour satisfaire ses passions et vivre la vie qu’il désire : voyage au bout du monde, ski, plongée, saut en parachute … Par l’omniprésence des réseaux sociaux, le millenial se découvre tous les jours de nouvelles envies. L’entreprise qui l’embauche en est donc la clé d’accomplissement.
 

7. Des missions variées et intéressantes

La génération Y est aussi qualifiée de “génération zapping”. Habituée à naviguer entre les applications, dans un monde où tout va très vite, elle a tendance à se sentir impatiente et frustrée si ses projets n’avancent pas aussi vite qu’elle le souhaiterait. Pour canaliser cette énergie, les individus de la génération Y ont besoin de missions variées, avec des échéances courtes, leur permettant de se renouveler sans cesse.

 

8. Un leadership responsabilisant plus qu’un management contrôlant

Critiqués pour leur manque de respect de l’autorité, les millenials sont en fait en quête de mentors, capables de les guider et de les faire progresser. S’ils ont du mal à accepter l’autorité aveuglément imposée, ils reconnaissance aisément la légitimité d’un leader inspirant et responsabilisant, qui sait partager sa vision et accorde sa confiance aux membres de son équipe. La génération Y est également sensible à un mode de management participatif, en adéquation avec ses valeurs.

 

9. La reconnaissance de ses pairs

Pour autant, le millenial est loin d’être insensible à la reconnaissance de ses chefs, collègues et amis. Promotions, prix, et responsabilités le valorisent et l’aident à entretenir sa motivation. Cette reconnaissance peut s’exprimer de différentes manières, et n’est pas forcément hiérarchique. Pour le millénial, le plus important sera le sentiment de faire la différence dans l’entreprise, d’apporter sa pierre à l’édifice.

 

10. L’entreprise apprenante

La génération Y a grandi dans un monde où l’innovation ne cesse d’accélérer, et l’univers professionnel se modifie en profondeur, notamment dû à l’automatisation et l’apparition de technologies telles que l’intelligence artificielle. Les connaissances emmagasinées pendant les études ne suffisent plus, elles deviennent vite obsolètes. Ainsi, on estime que 6 métiers sur 10 exercés en 2030 n’existent pas encore.

En parallèle, le marché du travail est plus difficile que pour les précédentes générations. À défaut d’obtenir un emploi sûr et garanti, développer son employabilité devient un enjeu majeur pour les millenials. Le développement des compétences constitue un levier important en termes d’adaptation et d’attractivité. D’après l’étude Cegos, ce critère est mentionné par 56% des jeunes dans le choix d’un poste (contre 40% en 2012). Dans ce monde en constante évolution, l’entreprise se doit d’être apprenante, voire diplômante.

Et cela tombe bien car la génération Y a soif d’apprendre ! C’est la génération wikipédia, qui aime se former, découvrir de nouveaux sujets, explorer, … en lien ou non avec son travail. À coup de MOOCs, lectures, jeux de microlearning, ou vidéos, tous les formats sont bons pour élargir l’étendue de ses connaissances. Au manageur de savoir tirer parti de cet enthousiasme !

 

Ces critères ne sont pas une garantie pour retenir vos talents millenials dans votre entreprise. Mais en adaptant votre organisation, ceux-ci se sentiront mieux compris et plus alignés avec leurs attentes et leur mode de fonctionnement. Et vous pouvez être sûr que leur motivation et la qualité de leur travail s’en fera ressentir. C’est gagnant-gagnant !
 

Chief marketing officer chez SPARTED, je suis expert en mobile et microlearning.



 

Contenus recommandés

Le bien-être au travail, nouveau Graal des entreprises Programmes de bien-être, salles de repos, environnements de travail zen, nourriture équilibrée... Plus qu’un effet de mode, la recherche du bien-être...
Comment développer une culture de l’apprentissage dans... Dans son livre Mindset - The new psychology of success, l’auteure américaine Carol Dweck dévoile l’importance d’une mentalité tournée vers l’apprentis...
r; »>Contenus recommandés